Yellow Outline

Artist(s)
Peter Coffin

Empreintes d’une grande poésie, les œuvres de Peter Coffin nourrissent deux sensations contraires : celle d’une simplicité enfantine confinant à la platitude, immédiatement suivie par celle, persistante, de la synthèse de multiples sources et points de référence qui auraient engendré ce semblant de simplicité.
Il y a un goût manifeste pour le paradoxe dans ces œuvres, qui peuvent aussi bien donner corps à l’aéronautique fantasmée chère à la science-fiction, qu’à un escalier infini construit en circuit fermé. L’attention soutenue de Peter Coffin à la musique l’amène ainsi à mettre en espace et en couleur un effet pour le moins contradictoire, le Glissando de Shepard-Risset, qui crée l’illusion d’une gamme simultanément ascendante et descendante, à l’infini. Traitant avec une application sérieuse ce que la raison rejetterait sans attendre, l’artiste invite des musiciens à composer pour les plantes, comme il peut postuler et argumenter en images l’existence d’un sens esthétique dans le règne animal. Mêlant pseudo-science et imaginaire new-age à un intérêt non dissimulé pour la cartographie et les systèmes, l’œuvre de Peter Coffin propose l’art comme alternative à une pensée logique, dont la domination s’avèrerait partiellement en faillite. Rendre ainsi visible ce qui n’appartiendrait pas au réel, ou offrir simultanément un élément et son contraire, semblent converger vers une même intention : il s’agirait de libérer un imaginaire en même temps que d’offrir – physiquement et/ou conceptuellement – une expérience a priori contraire aux présupposés de nos système de perception, comme pour mieux les réinventer.

AVEC LE SOUTIEN DE Loterie Romande, Coriolis Promotion, Canton de Fribourg, Office fédéral de la culture, Fondation Ernst Göhner, Pour-cent culturel Migros & le soutien exceptionnel de la Stanley Thomas Johnson Foundation.

Curator(s)
Artist Information
  • (*1972, Etats-Unis d'Amérique) vit et travaille à New York.