Hollow Trees & Storybook Ruins

Artist(s)
Amy O'Neill

Malgré les apparences, l’histoire n’est pas celle de cette attraction touristique du Michigan, née dans les années 30 de l’obsession d’un certain Raymond Overholzer pour les Pins blancs. Elle n’est pas non plus celle d’un parc situé au bord d’une route de Gallitzen, Pennsylvanie, où les visiteurs étaient conviés à caresser les animaux dans un décor de conte pour enfants, il y a près de cinquante ans.Il s’agirait plutôt des images pétrifiées de la lutte permanente entre nature et culture, et de tentatives d’édifier des formes « home made » de civilisation, pour bientôt les abandonner. Il serait question de cette proximité immédiate entre un parc et une forêt et simultanément de la distance qui les sépare, comme par exemple dans le curieux titre du film « forest park forest zoo » projeté ici. Si les expositions d’Amy O’Neill se présentent comme des décors, le véritable sujet pourrait ne pas en être celui qu’ils campent, entre rusticité et culture folklorique. Ici, la nature apparaît comme une revanche sur l’intention qui lui valut sa courte domination. Les moulages s’avèrent davantage comme les vestiges d’eux-mêmes et de l’avenir radieux auquel le plastique les destinait, plutôt que ceux des arbres qui leur ont donné leurs formes. Des masques sont d’improbables protagonistes de cette histoire figée. Le scénario serait alors aussi celui d’une standardisation à l’état de ruines, baignée d’une nostalgie dont on ne sait quel en serait l’objet. Le film "Forest Park Forest Zoo", présenté ici en première est une production Anna Sanders réalisée avec le soutien du Wexner arts center, Ohio.

AVEC LE SOUTIEN Loterie Romande, Coriolis Promotion, Etat de Fribourg, Office fédéral de la culture, Fondation Ernst Göhner.

Curator(s)
Artist Information
  • (*1971, Etats-Unis d'Amérique) vit et travaille à New York.